Contrôle d’accès biométrique : comment ça marche ?

Publié le : 24 mars 20214 mins de lecture

Avoir un système de sécurité performant est primordial surtout pour un local professionnel. Il est toujours utile d’avoir un registre des entrées et sorties du personnel. L’installation d’un système de contrôle d’accès biométrique facilite le contrôle des présences et des authentifications. Cela évitera à toutes personnes étrangères à l’établissement de pénétrer dans son enceinte sans s’être présentées à l’accueil.

Contrôle d’accès biométrique : mode de fonctionnement

Le contrôle d’accès en biométrie consiste à mesurer les caractéristiques spécifiques d’une personne, comme son empreinte digitale, son empreinte oculaire ou la forme de ses mains. Cela peut aussi comprendre les caractéristiques comportementales. Le contrôle d’accès biométrique est surtout présent dans les systèmes de sécurité des entreprises. Il permet aux salariés d’accéder aux différents endroits de l’entreprise avec ses caractères physiques et avec un lecteur biométrique : locaux, salle de conférence, salle des ordinateurs, etc. Le contrôle se fera l’aide d’un dispositif de reconnaissance biométrique et d’un logiciel spécifique installé sur des terminaux. Puisque les données biométriques d’une personne ont été enregistrées au préalable, l’ordinateur les reconnaîtra tout de suite chaque fois qu’elle mettra son doigt, sa main ou son iris devant le capteur.

Contrôle d’accès biométrique : les principaux avantages

L’installation d’un contrôle d’accès biométrique permet de mieux gérer le niveau de sécurité d’une entreprise. Les biométries d’une personne sont en effet difficile à falsifier, que ce soit son empreinte digitale ou celui de son iris. L’authentification est rapide et précise. Il n’est pas nécessaire d’introduire un mot de passe ou un digicode. Ce qui minimise les risques d’usurpation. Il sera donc plus facile pour l’entreprise de filtrer les personnes qui entrent et qui sortent de son local. Le contrôle d’accès biométrique complète les actions de la vidéosurveillance. Il facilite aussi la gestion des salariés : suivi présence, comptabilisation des allées et venues, etc. Les salariés ne seront pas contraints d’avoir tout le temps leur badge sur eux ou de se souvenir de leur digicode.

Contrôle d’accès biométrique : ce qu’en dit la loi

Le règlement pour la protection des données personnelles est entré en vigueur le 25 mai 2018. Depuis, cette date, il n’est plus nécessaire pour les entreprises d’effectuer des déclarations spécifiques à la CNIL lors de l’installation d’un contrôle d’accès. Cependant, il est dans leur obligation d’appliquer un système de protection de données. Leur équipement doit être conforme au RGPD. Le système ne doit servir qu’à contrôler les accès, et ne servira pas d’outils de contrôles des horaires des employés, mais juste d’outils de pointage et d’authentification. L’entreprise doit être consciente qu’elle gère des données à haut risque. Elle doit informer les instances représentatives du personnel de l’installation d’un tel dispositif.

Plan du site